3 Septembre 2021

Le CNES à bord d’Ariel pour l’exploration des exoplanètes

Le Conseil d’Administration a approuvé lors de sa séance du 1er juillet la réalisation de la contribution française à Ariel, 4ème mission moyenne du programme Cosmic Vision de l’ESA.

L' engagement du CNES sur Ariel marque l'aboutissement de travaux préparatoires de phases A et B1 engagés depuis 2016, mais aussi d'activités scientifiques initiées dès les années 2000, et soutenues par le CNES dans le cadre de son programme d'accompagnement scientifique. C'est aussi la concrétisation d'une des priorités du séminaire de prospective scientifique 2019 du CNES. Ariel devrait être lancé en 2029, pour une mission de 4 ans minimum, au cours de laquelle elle étudiera en détail environ un millier d'exoplanètes diverses.

Si la responsabilité scientifique de la mission est anglaise (Investigatrice principale (PI) Giovanna Tinetti, University College London), la communauté scientifique française joue un rôle central dans Ariel :

  • Deux co-PIs français épaulent le Dr. Tinetti : Jean-Philippe Beaulieu de l'IAP (Institut d'Astrophysique de Paris), et Pierre-Olivier Lagage du DAp (Département d'Astrophysique du CEA).
  • Le DAp, l'IAS (Institut d'Astrophysique Spatiale) et le LESIA (Laboratoire d'Etudes Spatiales et d'Instrumentation en Astrophysique) développeront, avec le soutien du CNES et de leurs tutelles (CNRS, Université Paris-Saclay et Observatoire de Paris), l'instrument principal de la mission AIRS (Ariel InfraRed Spectrometer).
  • L'IAP, le LAB (Laboratoire d'Astrophysique de Bordeaux) et le LISA (Laboratoire Interuniversitaire des Systèmes Atmosphériques) contribueront en outre à la préparation scientifique de la mission, via des simulations et des chaînes de traitement des données.
Publié dans : 
A propos de :